GENEALOGIE

PALEOGRAPHIE

Deux disciplines qui vont de pair

du grec γενεά genea, « génération »

 et λόγος logos, « connaissance »

du grec palaios = ancien et graphein = écrire

est l'étude des textes manuscrits anciens.

une rétropective

 

1 - Introduction

Il n'y a pas si longtemps, la paléographie n'intéressait qu'un groupe assez restreint de la population, surtout des universitaires, des historiens et des gens de lettres.

L'Ecole des Chartes fut créée par l'ordonnance du 22 février 1821 de Louis XVIII.

Aujourd'hui, cette discipline se répand auprès d'un public plus large. Un succès qui s'explique par :

     - numérisation des archives nationales, régionales, départementales auxquelles tout le monde peut avoir accès,

        - le net et ses possibilités. 

Une technologie avancée qui a permis à un grand nombre d'individus de toucher à cette autre discipline qu'est la généalogie.

En avril 2010 selon une étude du Monde, 61% des français se sont, plus ou moins, lancés dans une recherche généalogique concernant leur propre famille mais également un personnage historique.

Ceci expliquant cela, un jeune généalogiste ne peut progresser sans une certaine connaissance en paléographie.

En effet, lorsque l'on démarre son arbre, la recherche sur des contemporains est relativement aisée.  Jusqu'à la fin du 18ème siècle, aux alentours de la Révolution Française, l'écriture est reconnaissable et compréhensible, comme nous pouvons le constater sur ce document de 1793 extrait des Archives départementales du 76 (4E 00072 1793-1794 Avremesnil p17/81)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, il s'agit du début de l'acte de mariage de Pierre Dichant (Deschamps) et de Marie Madeleine Hamel. Le texte se lit couramment, avec quelques rappels historiques liés à l'époque tel que le calendrier républicain. On peut même, à l'occasion, deviner les mots illisibles, les majuscules et minuscules ne sont pas respectées, les mots restent soudés, souvent la phonétique prime sur l'orthographe (Dichant pour Deschamps), absence de ponctuation, quelques lettres comme les "s",  en fin de mot, ou la conjonction "et" ont une forme inhabituelle.

Si en France, nous avons la possibilité de survoler deux siècles, il n'en est pas de même dans d'autres pays. Nous avons l'exemple de l'Allemagne où, actuellement, un jeune est incapable de lire un texte écrit en Sütterlin; écriture courante jusqu'à, peu avant, la Seconde Guerre mondiale. 

Ce pays a adopté l'écriture latine actuelle vers 1935 !

Ci-dessous, dos d'une carte postale expédiée en 1912 (Archives familiales de Richard)

 

Nous sommes en présence d'une cursive plus pointue, à l'opposé des rondeurs que nous pouvons voir dans les manuscrits français du XVI° siècle dont la graphie paraît, également, étrangère à celle des manuscrits gothiques du XIV° siècle (écrits en français).

 L'onciale mérovingienne avant le VIII° siècle.                         La caroline du VIII° au XII° siècle.

Nous aurons l'occasion, dans notre cursus, de suivre  les évolutions successives de l'écriture, au cours des siècles selon les pays, les modes, des manuscrits du haut Moyen-Âge à nos jours.

Nous en avons quelques exemples ci-dessous avec:

       -L'onciale,

       - la caroline,

       - le gothique,

       - et le retour de la caroline.

Le gothique du XII° au XV° siècle                                                      Retour à la caroline du XV° siècle à nos jours

Pour résumer:

 Si l'écriture, depuis la fin du 18ème siècle paraît plus ou moins établie dans la forme que nous lui connaissons aujourd'hui, nous constatons que la graphie n'a jamais été figée et a fortement évoluée au fil du temps.

 Notre jeune généalogiste qui n'a pas fait l'Ecole des Chartes, en remontant le temps, va se confronter à la lecture des écrits anciens sur les registres paroissiaux, les documents notariaux et autres ... sans perdre de vue que chaque scribe rajoute sa touche personnelle. 

Et des pièges! ... Il y en a des pièges à déjouer.

Comment va s'en sortir notre chercheur au fur et à mesure de la complexité de ses avancées ?

C'est ce que nous étudierons dans nos prochaines pages, par étapes successives en partant du 18° siècle pour arriver aux temps médiévaux.

Il eut été plus opportun de commencer par les temps anciens pour aboutir à l'écrit contemporaine. Mais, nous nous plaçons, dans la recherche d'un jeune généalogiste qui remonte le temps face à des successives et incompréhensibles difficultés. 

Pour cela, il nous faut passer,  auparavant, par certaines étapes fondatrices, pour une bonne intelligence de notre sujet.

 

2 - L'évolution de notre écriture

 Faisons un rapide retour dans le temps pour comprendre les raisons qui :

- d'une part, ont permis, en France, d'aller plus loin que d'autres pays dans la lecture des textes anciens, ce je je nommerais "Le Privilège Français"

- d'autre part, de certaines difficultés rencontrées dans les transcriptions, inhérentes aux usages et évolutions des époques.

2 - 1 -  Le privilège français.

Brièvement, nous héritons d'une très longue chaîne de monarques "éclairées" qui depuis les temps mérovingiens n'ont eu de cesse d'asseoir une forte administration royale, basée sur des textes et des écrits.

Aujourd'hui, une lourdeur administrative républicaine que certains reprochent à nos gouvernants.

2 - 1 - 1 - Les mérovingiens dès le 7°/8° siècle 

veulent mettre un peu d'ordre dans les écrits et échanges diplomatiques en latin, langue officielle de l'époque.

Mais, des améliorations sont encore à apporter.

 

2 - 1 - 2 - Charlemagne, omniprésent et omnipotent, impose, en 789,"la caroline" dans tout son empire.

La minuscule caroline ronde et lisible avec ses espacements devient la norme en Europe occidentale.

2 - 1 - 3 - Le gothique - Période intérimaire du 12° au 15° siècle.

Un accident de l'Histoire, les arabes coupent la route du papyrus sur lequel sont écrits les documents officiels. Le parchemin remplace le papyrus.

Au XII° siècle, la minuscule caroline sera supplantée par le gothique plus anguleux et serré qui sera plus économe en support d'écriture (une bonne et belle bible demandait 500 peaux de moutons.

 

2 - 1 - 4 - La caroline renaît au 15°siècle,, sous sa forme appelée "Humanistique".

Une innovation permet la mutation, la papier venu de chine révolutionne l'imprimerie (Gutenberg).

Les maîtres italiens reviennent à la caroline en y adjoignant une touche artistique.

Les manuscrits rares et chers écrits jusqu'ici en latin sont imprimés en langue vulgaire.

2 - 1 - 5 - François 1er, au 16°siècle, impose l'usage du français dans le royaume de France.

Mais, tout ne se fait pas si facilement - L'Histoire n'a jamais été un "long parcours tranquille".

2 - 2 - De nos jours, le français n'est plus celui d'hier.

Des contractions tironiennes, et autres difficultés des temps anciens restent intraduisibles pour les non avertis.

Pour exemple, le pavé ci-dessous que nous apprivoiserons au fur  et à mesure de notre progression en paléographie : "pour" s'écrit différemment, à une même époque, selon les scribes, et peut porter à confusion avec "procureur". Mais nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

 

 

Donc, des abréviations peuvent avoir plusieurs significations qu'il faut savoir interpréter en fonction du texte.

Procureur se lira plus fréquemment dans des actes notariés ou de justice plutôt que dans les registres paroissiaux

2 - 2 - Les difficultés récurrentes que nous allons rencontrer.

     - D'ordre matériel:

        Le papier et l'encre coûtent chers, de plus ou moins bonne qualité.

        Utilisation de la plume d'oie plus ou moins bien taillée.

        D'où l'usage de la sténo avant l'heure; le tilde et les abréviations; ; etc ...

      - 1455, Gutenberg avec son atelier de typographie va libérer la main du scribe qui va pouvoir se donner à                son art. L’écriture évolue en se personnalisant davantage. L’écriture gothique impersonnelle, utilisée jusqu’alors dans les manuscrits médiévaux, cède la place à une écriture gothique personnelle et cursive.

 

3 -  La paléographie française à l'aube du XVII° siècle 

Pour cette première approche, en ce qui nous concerne, aujourd’hui, nous en resterons au moyen français et français classique plus simple à appréhender .

Pour situer la période

Nous avons vu qu' au fil du temps, la graphie a changé, les abréviations nombreuses rappellent la « sténo » actuelle …

Comment s’y prendre pour lire ces manuscrits ? C’est ce que nous proposons de découvrir aujourd’hui.

La Graphie ne change pas du jour au lendemain, en fonction des modes.

Elle connaît des évolutions successives, et en ce début du 17° siècle, d'anciennes formes, héritées du gothique, persistent, qui renseignent sur le mouvement de la plume et aident à la formation et compréhension des mots.

Une initiation au gothique s'impose.

Initiation au gothique

A présent, nous sommes prêts à affronter 

les manuscrits de cette époque.

Analyse de textes de l'époque.

Transcription texte 1:

Le lundy pénultyème jour de may audy an furent espouzez

en léglyse St maclou à lheure de midy et le banquet faict

à la maison du comte Rue (damyette?)

Le lundi pénultième jour de mai au dit an se marièrent

en l'église St Maclou à l'heure de midi et le banquet servi

à la maison du comte rue (Damiette?)

Transcription 2:

Le deuxième jour d'apvril audit an jay loué une maison à la Rue ste croix

apartenant à la vefve et enfans dudit deff(unt) Guill(aum)e ( ... )

par le prix de quatre vingt livres tx (tournois) par chacun an

Le deux avril dudit an, j'ai loué une maison rue Ste Croix

appartenant à la veuve et enfants dudit défunt guillaume  (...)

pour le prix de quatre vingt livres tournois par an.

           chacun                                 St                            veuve                                     dudit                                     Rue

Relever la forme des lettres

Lorsque l'on débute, il est important, au fur et à mesure, de son évolution de noter l'évolution de la graphie. Elle permet également de dater un manuscrit.

Prêts pour une lecture de certains textes des années 1640.

Mais, ne brûlons pas les étapes. Comment décripter les sigles inconnus 

 
 
 
 

4 - Savoir traduire les mots contracter

Avant de passer à l'étude des registres paroissiaux, examinons quelques textes pour en deviner les mots difficiles à lire ou à interpréter afin de comprendre le sens de l'écrit.

Faisons un détour par la Seine Maritime, avec les archives de la ville Gueures :

                                                      4E 392 1696-1700 Gueures

Les écrits, ci-dessous, se retrouvent dans tous les registres paroissiaux de France, à la dernière page de l'année concernée.

Ils attestent que le présent registre est conforme à celui déposé à un autre endroit.

Rappelons l'Ordonnance de St Germain d'avril 1667 appelé "code Louis", il prescrit la tenue des registres en double exemplaire et le dépôt du second au greffe du baillage ou de la sénéchaussée.

Nous avons souligné en rouge les mots difficile à traduire, en bleu leurs équivalents.

 = Prêtre

A présent et à force de travail, avec le temps, nous possédons les codes de lecture pour visiter le 17°siècle naissant.

 

5 - Lecture d'un registre paroissiale de 1642

 A dessein, nous avons choisi le registre paroissiale de la ville d'Ambrumesnil (76) assez facile à étudier, et qui permettra d'aller à l'étape suivante qui est le 16° siècle.

 

6 - Une visite au 15° siècle chez François VILLON

ET, si voulez voir un écrit en vieux français

François Villon l'a fait pour les générations à venir.