LECTURE d'ACTES fin XVII° début XVIII° siècle

Sommaire

 

Les registres paroissiaux

L'Ordonnance de St Germain d'avril 1667 appelé "code Louis" prescrit, non seulement, la tenue des registres en double exemplaire et le dépôt du second au greffe du baillage ou de la sénéchaussée : institution civile, mais, elle uniformise, aussi, la rédaction des actes :

     - Baptème,

     - Mariage, et

     - Sépulture.

Désormais, tous ces actes porteront, plus ou moins, les mêmes indications.

Les registres paroissiaux

Guide généalogique > Où chercher : les sources principales > Les registres paroissiaux

 

 

Pas de tables annuelles ou décennales pour les registres de l'Ancien Régime : il faut tout lire pour retrouver l'acte cherché. Une difficulté à laquelle s'ajoute celle de la lecture, les écritures devenant plus difficiles à déchiffrer, au fur et à mesure de la remontée dans le temps.

 

 

 

 

 

 

L'acte de baptême

L'acte de baptême indique :

  • les nom et prénoms du nouveau-né

  • sa date exacte de naissance (en général le jour même ou la veille)

  • sa filiation : noms et prénoms des parents avec mention du lieu d'habitation et du métier exercé

  • les noms et prénoms des parrains et marraines, avec : leur lien de parenté avec le nouveau-né, souvent leur profession et leur lieu d'habitation, parfois leur âge.

Il n'y a pas, comme au XIXe siècle, de “mentions marginales” légales en regard de l'acte. Dans de nombreux cas cependant, le prêtre rappelle dans la marge les nom et prénoms du nouveau-né ou, à la campagne, inscrit systématiquement le lieu d'habitation : “bourg”, ou bien un nom de hameau ou de ferme : “Les Mariaud”, “Les Bois-Noirs”, etc. Une indication fort utile pour un parcours et une lecture rapide des registres quand on sait dans quel village habite la famille que l’on cherche.

 

L'acte de mariage

L'acte de mariage peut être très précieux comme parfois très pauvre en informations. Il donne bien sûr toujours les noms et prénoms des mariés, avec pour chacun la mention “mineur” ou “majeur” (rappel : la majorité était alors à 30 ans pour les hommes et 25 ans pour les femmes) et l'indication éventuelle d'un veuvage.
Dans certains cas, variables selon les régions et l'ancienneté des registres, le curé de la paroisse a pu s'arrêter là : on se retrouve en quelque sorte dans une impasse, sans piste aisée pour passer à la génération précédente.
Dans d'autres cas, le curé a pu indiquer :

  • dans quelles paroisses les bans ont été publiés, ce qui donne ainsi le lieu d'origine de celui des mariés qui n'est pas originaire de la paroisse où a lieu la célébration

  • l'âge de chacun des mariés. Attention : les âges sont rarement précis et doivent être considérés comme approximatifs à quelques années près ;

  • les noms et prénoms des parents, leur domicile et leur profession. L'acte précise toujours dans ce cas s'ils sont toujours vivants ou décédés ;

  • les noms et prénoms des témoins, avec : domicile, profession, lien de parenté avec le ou la marié(e), parfois âge ;

  • l'indication de dispenses pour consanguinité, en général accordées par l'évêque, lorsque les époux étaient parents proches. Il était en effet interdit par le droit canon de se marier entre cousins issus d'issus de germains (4ème degré canonique). Comme la mobilité était faible, que l’on se mariait souvent avec quelqu'un de son village, les demandes de dérogation étaient assez fréquentes. Une indication précieuse pour le généalogiste qui, avec la date d'obtention de la dispense, voit préciser dans l'acte le lien de parenté : “cousins au 4ème degré” ou bien “cousins du 3ème au 4ème degré”.

 

 

L'acte de sépulture

Il fournit très peu d'informations. Les nom et prénoms du décédé sont accompagnés de son âge (approximatif jusqu'à dix ans près !), son statut matrimonial (célibataire, marié ou veuf, avec dans ces deux derniers cas le nom de l'épouse cité (seulement de la dernière s'il y a eu plusieurs veuvages et remariages), et l'indication des témoins (noms, prénoms, professions et liens de parentés). Les parents sont indiqués pour les décès d'enfants, presque jamais pour les décès d'adultes.

Actes de baptême

BAPTÊME 1702 Bacqueville en Caux (76)

Le huit a esté baptizé un fils né le mesme jour du légitime 

mariage de louïs lesueur et de Margueritte Crampon ses

père et mère nommé louïs par Louïs Mauduit et

Catherine lesueur ses parrain et marrainne.

la marque de ladite

Baptème 1700 Le Bourg d'Un

baptesme De Jeanne anger

Ce trois avril a esté baptisé par mr Le vicaire

une fille née du mesme jourdu mariage

de nicolas anger et de marie dorange laquelle 

a esté nommée Jeanne par Jeanne Bled veufve

de jacques dorange assistée d'andré deshaye

ce qu'ils ont signé

Le mere de Jeanne bled veufv de Jacques dorange.

Baptème 1696 Gueures

Le neufiesme décembre a esté baptisé une fille de Jean

? et de marie vogie ses père et ... nommée marie magdeleine

par marie magdeleine alleaume et Jean baptiste vogie ses parrain et

marrainne par moi curé dudit lieu

 
 

Actes de décès

DECES 1702 Bacqueville en Caux

Décembre 1702

Le vingt deux a este inhumé dans le cimetière Louis

lesueur aagé de douze iours en présence des témoins soussignés.

Louis Lesueur

la barre au-dessus du mot, indique une contraction: en présence 

         

DECES 1672 Avremesnil

L'an de grace 1672 ce Jourd'huy cinquième jour

de Septembre en l'églize d'avremesnil par moy

Curé dudit lieu troisiesme portion soubsigné

fust inhumé le Corps de Suzanne

pigné née ldi dixneufiesme jour d'aoust de l'an

du mariage de guillaume pigné Cordonnier

et de Colette alleaume ses père et mère Laquelle

rendit l'ame à dieu Le mesme Jour dudit 

mois et an que dessus Letant présence de

Jean alleaume grand père de ladite Suzanne Le

corps de la quellefust inhumé par moy

Susdit Curé pour en l'abscencede maistre

nicolas alleaume Curé de la première portion.

DECES 1673 Avremesnil

 

Actes de mariage

MARIAGE 1710 Gruchet Saint Simeon

Le trentième Jour de Juillet Joseph Remousin fils de charle

et de marie Le Moine ses père et mèred'une part et de

margueritte Cousin fille de pierre Cousin et de margueritte

Duval de la paroisse de Craville après trois bans faits aux

prosnes des messes paroissiales sans aucun empechement les fiançailles sont

célébrés par mr le curé de Bacqueville ont été conioint par le Sacrement  de

mariage par mr le curé gruchet en présence des parens et amis Soussignés

Les actes notariaux